Français English

Les Femmes et la Ville : histoire des femmes à Marseille des origines à nos jours

Les Femmes et Marseille

Extraits de Marseillaises

Retour à la liste


Fanny (depuis 1929)

Héroïne de la trilogie de Marcel Pagnol (1895-1974), elle incarne une jeune Marseillaise, amoureuse et mère exemplaire, jusqu'au sacrifice. Fanny vend des coquillages sur le port. Marius, fils de César, que chacun considère comme son fiancé, la quitte pour vivre l'aventure de la mer. Elle ne le retient pas, malgré sa douleur, et s'aperçoit peu après qu'elle est enceinte. A la fois « femme qui pleure » et « mère courage », elle doit avouer sa faute et, pour assurer l'avenir de l'enfant, épouser Panisse, qui a l'âge de sa mère. Soutenue par César, parrain de leur fils Césariot, elle résiste à la tentation de suivre Marius qui veut l'enlever. Vingt ans après seulement, veuve, elle obéit à son coeur en retrouvant Marius avec l'accord de Césariot. Orane Demazis (18.09.1904-25.12.1991), née en Algérie (d'où son prénom), est formée à Paris par Charles Dullin. Liée à Marcel Pagnol dans les années 1930, elle crée le rôle de Fanny au Théâtre de Paris, dans Marius, en 1929 ; c'est un triomphe. La pièce est portée à l'écran en 1931. Orane, actrice au jeu sensible et palpitant, malgré une diction qui paraît emphatique aujourd'hui, devient d'emblée une figure mythique. Elle reste la même dans Fanny, créée au théâtre en 1931, au cinéma en 1932, et dans César, directement sous forme de scénario, en 1936. Sa carrière se poursuit jusqu'aux années 1970 ; elle apparaît en 1973 dans Rude journée pour la reine, du marseillais René Allio, autre histoire de femme simple prise au piège des sentiments. Mais c'est la création de Fanny qui lui doit de figurer dans la mythologie du cinéma.

Une version américaine de Fanny, en 1961, avec Leslie Caron dans le rôle titre, passe complètement inaperçue, malgré la présence de Maurice Chevalier en Panisse. Le prénom de Fanny est associé d'autre part au jeu de boules marseillais, la pétanque. On dit de l'équipe qui ne marque aucun point qu'elle a « baisé Fanny ». Sans aucun rapport avec l'héroïne de Pagnol, cette coutume, qui se retrouve ailleurs en France depuis le xixe siècle, aurait en réalité une origine lyonnaise.

Le prénom de Fanny, diminutif de Françoise ou de Stéphanie, n'est pas particulièrement marseillais à l'origine. Il l'est devenu dans l'imaginaire, depuis 1929.


Catherine Marand-Fouquet


Bibl. : Chirat R. « Orane Demazis », Universalia, Encyclopoedia Universalis, 1992 ; Tulard J. Guide des films, Robert Laffont, 1990.