Français English

Les Femmes et la Ville : histoire des femmes à Marseille des origines à nos jours

Les Femmes et Marseille

Présentation et historique

L'Association Les Femmes et la Ville (AFV) est née en 1989, année du bicentenaire de la Révolution et de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

Ses fondatrices sont Régine Goutalier, Catherine Marand-Fouquet, Eliane Richard et la présidente d'alors Yvonne Knibiehler. Historiennes enseignantes, antérieurement membres du Centre d'études féminines de l'Université de Provence à Aix-en-Provence, elles sont des pionnières dans la recherche sur l'histoire des femmes et l'approfondissement de la réflexion sur la condition féminine. Depuis l'AFV, aidée à ses débuts par le CODIF, s'est étoffée. Elle a été présidée par Caroline Mackenzie, assistée par Geneviève Dermenjian et Hélène Echinard, vice-présidentes, Anne-Marie Ballester, trésorière et Renée Dray-Bensousan, secrétaire. De 2013 à 2016, c’est Michèle Rocca qui l'a dirigée aidée par Renée Dray-Bensousan et Hélène Echinard, vice-présidentes, Maylis Landel trésorière, Joëlle Fabiano secrétaire. 

L'AFV a multiplié les contacts avec les différentes associations féminines tournées vers les questions sociales qui luttent pour la cause des femmes. Dans le cadre de la grande ville et plus particulièrement de Marseille, elle s'est intéressée à la fonction maternelle, au rôle social des femmes, à leur place dans le monde du travail, dans les entreprises, dans la politique, etc. Afin de mettre en évidence la participation des femmes à l'histoire de la cité AFV a organisé plusieurs colloques universitaires et rencontres grand public :

  • Marseillaises, Les Femmes et la Ville, en 1991 ;
  • Les Femmes et la Ville, un enjeu pour l'Europe, en 1993 ;
  • Citoyennes à Marseille au XXe siècle, en 1995, pour le cinquantenaire du premier vote des femmes ;
  • Germaine Poinso-Chapuis, témoin de son temps, en 1997, pour le cinquantenaire de la première accession d'une Française (et Marseillaise) à un poste ministériel ;
  • Femmes et associations à Marseille, passé, présent, avenir, en 2001, pour le centenaire de la loi de 1901 ;
  • Les Arméniennes à Marseille, en 2002 ;
  • Madame Noilly-Prat à Marseille, une entreprise, des oeuvres, un patrimoine, en 2003, autour de centenaire de la mort d'une grande figure du monde économique marseillais ;
  • Femmes, politique et société, en 2005, pour le 60e anniversaire du premier vote des femmes ;
  • Bénévolat féminin et travail social, en 2005, premier volet de la série « Marseillaises et le travail » ;
  • Le quartier Belsunce au féminin, en 2004, lors du festival de Belsunce, et à l'occasion de l'inauguration de la bibliothèque municipale à vocation régionale de l'Alcazar ;
  • Salariat et travail indépendant, XIXe-XXe siècles, deuxième volet de la série: « Marseillaises et le travail », en 2008, également à l’Alcazar.
  • Ses deux derniers colloques en 2015 et 2016 se sont tenus respectivement au Musée d'Histoire de Marseille et aux Archives Départementales, le premier pour célébrer les 25 ans de l'Association ainsi que les 70 ans des premiers votes des Françaises et le second pour faire, à l'occasion du legs des archives de l'AFV aux Archives Départementales sous la cote 298 J, la présentation du bilan de ses activités dans l'ouvrage  Femmes à Marseille, histoire, féminisme, politique.

L'AFV a conçu deux expositions :  une Promenade citoyenne  concernant les Marseillaises avant leur accession à la citoyenneté, et, pour le 60e anniversaire du suffrage universel (premier vote des femmes), Marseillaises, 1945, le Vote libérateur. Ces deux expositions ont été réalisées avec l'aide de la Ville de Marseille. L'AFV a aussi participé à une exposition réalisée par le GRAIF (Groupement Régional pour l'Action et l'Information des Femmes) en hommage aux femmes scientifiques : « D... comme Découvreuses ».  Un jeu des 7 Familles, Femmes de Marseille des origines à nos jours, a été créé en collaboration avec le Forum Femmes Méditerranée.

Presque toutes ces rencontres ont donné lieu à publications.

A partir de 2013, des balades au féminin en cœur de ville ou dans ses abords ont été proposées par nos bénévoles. Elles ont permis d'évoquer les femmes qui ont laissé une trace dans la cité au cours des siècles, selon les parcours suivants : Le Vieux-Port; le quartier Belsunce; au fil de La Canebière et la Campagne Pastré.

L'AFV a participé régulièrement à des manifestations littéraires régionales, comme, le Carré des écrivains, le festival du Livre de la Canebière, le salon méditerranéen des publications de  femmes qu’elle a initié en 2011 avec deux autres associations marseillaises le Forum Femmes Méditerranée et Femmes Solidaires (et naguère Lire en fête, la Fête du livre du Figaro Magazine). Ses représentantes ont été souvent invitées à titre individuel ou collectif par d’autres associations culturelles (Comité du Vieux-Marseille, Rotary, Lions, Légion d’honneur, AMIEU…) pour présenter leurs ouvrages, leurs expositions, donner des conférences ou faire les parcours évoqués plus haut.

L’AFV a aussi à son actif la réalisation d’un dictionnaire biographique consacré au rôle des femmes dans la cité, action pionnière, car il a été le premier du genre en France. Paru en 1999, à l'occasion des fêtes du 26e centenaire de la fondation de la ville,  Marseillaises, vingt-six siècles d'Histoire répondait bien à la vocation de l'AFV : mettre en lumière et en perspective le passé, le présent et l'avenir des Marseillaises.

En 2012 la parution du Dictionnaire des Marseillaises a repris, en la complétant, cette histoire. Ce travail de recherche a valu à ses historiennes d’être associées aux réalisations du nouveau Musée d’Histoire ouvert pour Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture.

En 2013, l’action de l’AFV a été récompensée par une mention du Trophée Protis du Comité du Vieux-Marseille et par le Prix Edouard Saman décerné par l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille.

L’AFV a su également nouer des liens avec des villes amies, en particulier avec Glasgow, jumelée avec Marseille. Elle y a effectué deux déplacements, en 2008, à l’occasion du congrès WIFIS et en 2013, à l’invitation de la municipalité, de l’Alliance française et l’Université de Glasgow qui mettaient Marseille à l’honneur dans le cadre de Marseille-Provence, Capitale européenne de la Culture.